L'Approche Tissulaire


L’approche tissulaire est le fruit d’une démarche scientifique énoncée par Pierre Tricot DO au début des années 2000 : suite à une réflexion profonde sur la nature de la vie et du mouvement, il a remis en question des acquis théoriques de l’ostéopathie dans le champ crânien.

La conscience cellulaire (concept qui désigne la capacité des êtres unicellulaires à interagir de façon autonome avec leur environnement), est extrapolé au tissus vivant, composé de cellules assemblées et agissant ensemble, et d’une matrice extra-cellulaire que ces mêmes cellules produisent et contrôlent.

De cette notion nouvelle des tissus et du corps conscient, naît une relation thérapeutique innovante, le corps à corps laissant place à une rencontre de consciences bien différente de la manipulation.

L’ostéopathie en approche tissulaire est ainsi la mise en présence d’un thérapeute et d’un patient dans un relation de conscience qui crée, pour le patient, les conditions d’une libération des tensions à l’origine de ses troubles.

Ainsi, les 3 piliers subjectifs d’une séance d’ostéopathie en approche tissulaire sont : présence, attention et intention. Et les 3 paramètres objectifs en sont : vitesse, densité et tension.

En pratique, l’ostéopathe en approche tissulaire travaille en compression. Entre ses deux mains, la tête, puis le bassin, ou toute autre partie du corps, est comprimée jusqu’à ce que le praticien ressente un défaut de plasticité, de souplesse relative de la matière vivante du corps du patient. Cette singularité tissulaire sera le point de départ du traitement qui aura pour objet la libération de l’énergie qui y est contenue.

Intervient alors l’un des trois paramètres objectifs : de l’immobilité au mouvement, de la densité à l’homogénéité du tissus, ou de la tension au relâchement.